Orage, souvenir, stimulus ?

Comme un écho lointain et pourtant si présent…
Cette nuit il s’est mis à pleuvoir.
Doucement puis plus vite les gouttes sonnaient comme des notes de musique sur le carreau de la fenêtre.

Ce bruit-là, si caractéristique, me renvoie toujours à notre enfance.

À cette époque où nous nous étions installées au grenier, souvent elle venait dans mon lit – nous pouvions discuter et puis nous tenir chaud l’hiver, nous rassurer aussi quand l’orage menaçait, à l’extérieur ou bien en bas, à l’étage des parents.
Nous adorions cette chansonnette des gouttes de pluie, rythmée par la force et le sens du vent. Nos deux chambres avaient pour fenêtres des vasistas placés de part et d’autre sur le toit, les vitres formaient comme la peau d’un tambour, la pièce faisait caisse de résonance : on ne l’en appréciait que mieux.

Ce petit bruit joyeux des gouttes de pluie pressées rebondissant sur le carreau tout de suite m’a fait penser à elle.
À ce moment précis, et c’était bien plus qu’un souvenir, beaucoup plus fort qu’un écho, au creux de mon oreille j’ai perçu sa voix d’enfant ravie me chuchotant :
— T’entends ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s