Miracles de l’Océan

Jules Verne a décrit le rayon vert qui darde son éclat exceptionnel au moment même où le disque du soleil à l’horizon disparaît sous la ligne des flots, permettant à celui qui le perçoit de voir clair en son coeur.

Dino Buzzati a raconté le K, ce monstre marin repoussant, et pourtant si attachant : sans trêve il tente de rattraper le navigateur qui toute sa vie s’efforce de le fuir, jusqu’à la fin où, épuisé, il le laisse venir à lui ; et ce n’était que son destin, qui lui voulait du bien.

Aujourd’hui c’est un autre phénomène que j’aurai observé.

Des nuages ardents aux formes contrastées se sont associés, formant une couronne.
Droit descendu du ciel, un trait sur l’horizon s’est étalé, amplifié, délayé en une nappe d’argent liquide sur l’infiniment bleu.

À cet endroit précis, dans cette onde nacrée j’ai pu voir des sirènes.

Toutes ne sont pas mauvaises et traîtres ou menteuses et buveuses – la Mythologie grecque est vraiment sans pitié.

Certaines, et j’en connais, méritent bien des anges le baiser salvateur. Dans ce rayon mystique, argenté et nacré, ils en ont échangé.

Miracles de l’Océan.

Fusion des nacrures marines et des dorures célestes.
Énergie universelle.

Merci à ceux qui m’ont appris à voir en toute chose la beauté. Je m’en emplis les yeux et l’esprit et le cœur et je pense à ma sirène préférée à qui peut-être des ailes ont poussé.

3 réflexions sur “Miracles de l’Océan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s