Mère poule d’un jour, mère poule toujours

Légende de la photo, qui date de décembre 2014 : sandwich d’anthologie préparé par mon benjamin préféré qui avait une « petite » faim. Mon commentaire de l’époque :
— Ben mon vieux, y’en a à qui rien ne fait peur !Resurgissent alors les émotions liées à ces souvenirs choisis, ceux qui sont chers, chers à mon cœur, ceux qui ont pris chair – chair de poule ? – ceux qui mesurent le pouls du temps qui passe, passe, passe et repassera par là.

Qui donc repassera par là ?
— Pas moi ! dit le canard.
— Ni moi ! dit le dindon.
— Alors je le ferai, dit la petite poule rouge qui, elle, est énergique et déterminée.

Précisément il s’agissait de faire – toute seule, puisque l’entourage refusait de l’aider – du bon pain à partir de ce minuscule grain de blé trouvé sur le sol puis, sous sa forme croustillante, avec sa piaillante et reconnaissante marmaille, savourer le fruit de son travail. Puisque, bien sûr et comme on peut s’y attendre, elle se tape tout le boulot et ses étapes successives, qui permettent au passage d’apprendre comment se fait le bon pain.
Pas par l’opération du Saint-Esprit, ça c’est sûr, mais ne mélangeons pas tout non plus.

Enfin, quand elle demande qui n’en veut, qui n’en veut :
— Moi ! dit le canard.
— Moi ! dit le dindon.
— Eh non, ce sera juste pour nous, répond la petite poule rouge.

Surprenant, quand on y pense, de trouver des récits de cet acabit dans les livres de lecture d’autrefois. C’est bien, de développer chez les enfants tout jeunes le goût de l’effort, la recherche de la perfection. Quant au sens du partage, eh bien… c’est partagé : encore faut-il que chacun participe.

Éditions Payot-Lausanne, Mon Premier Livre de Lecture.

Mais oui, celui-là même qui nous servit, à moi la première puis à plusieurs générations de poussins, pardon, d’enfants, d’enfants intelligents et aimants, aimant apprendre à lire dès quatre ans sur les genoux de leurs mamans.

Plusieurs générations, disais-je, et un s à mamans, oui, puisqu’il pouvait se produire qu’un seul en eût plusieurs, pendant un temps donné.

Nous nous égarons, pourtant je vois que certains suivent… le mouvement familial.
Mais c’est une autre histoire, toute mon histoire en fait.

J’en arrive donc au pain – moi aussi je les suis, je suis mes fils, ceux de mes idées évidemment – ce pain qui fait de si bons sandwiches.

Et la boucle est bouclée, de façon constante et persévérante, naturellement bouclée, en permanence et sans permanente, nuance… tout est dans les nuances.

Cette histoire que je n’ai pas inventée, celle-là sort tout droit de ce livre et met en scène un petit personnage efficace et astucieux, impliqué et consciencieux, qui fait beaucoup pour les autres, et surtout pour les siens.

Et c’est l’histoire d’une mère poule, tiens, dis donc !!

Une réflexion sur “Mère poule d’un jour, mère poule toujours

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s