Gourmandises extatiques

Nous sommes allés tester les tajines d’un resto qui vient d’ouvrir dans notre bonne petite ville de province. Bon, ça n’est pas mauvais mais il n’y a franchement pas de quoi se relever la nuit.

Je crois que nulle part je ne retrouverai la saveur exquise et caramélisée de ceux que Papa nous fit découvrir chez Charlie de Bab El Oued, boulevard Gouvion Saint-Cyr.

Ah ça, ses filles appréciaient les bonnes choses, aimait-il à constater. Nous n’étions pas du genre à chipoter, au bonheur d’ainsi lui prouver qu’il avait raison d’aussi bien nous traiter.

Après un couscous vraiment royal, nous avions su faire encore honneur au plateau de pâtisseries orientales que les serveurs, sur le clin d’œil de Papa, laissèrent à notre disposition – à notre « discrétion » dit-on dans ces circonstances.
Le solide appétit et l’enthousiasme extasié des petites filles que nous étions les faisaient sourire, ils en paraissaient enchantés. Quant à nous, la découverte de ces délices inconnues nous ravirent.

Je me rappelle ce dîner comme si j’en sortais.
Comment le présent tiendrait-il la comparaison avec de tels souvenirs ?

Les cornes de gazelles me paraissent fades aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s