Ces cheveux qui sentent le tilleul

Je me rappelle tout de cette matinée-là, la sanséveria qui poussait derrière nous, nos deux robes de tissu bleu clair un peu rêche – ça gratte, mais si, oooh, je te dis que ça gratte, ça me gratte, là, dans mon cou, je te dis que ça me gratte, non je fais pas des manières, je te dis juste que ça me gratte, à la fin, c’est agaçant quand tu ne me crois jamais – et les gants élégants, blancs les gants, et la chaleur de cette petite main toute douce logée dans la mienne.

Guillemette était toute douce, et blonde, et ronde.
Et des manières, elle n’en faisait jamais, elle.
Jamais, jamais.

Je me souviens que Maman avait rigolé en me coiffant et soupiré qu’il n’y avait décidément pas moyen de faire tenir mes cheveux en place, ah la la, et pas que mes cheveux d’ailleurs.

Mais qu’ils sentaient le tilleul, toujours, mes cheveux.

Et c’était dit avec beaucoup de tendresse.

img_0022

2 réflexions sur “Ces cheveux qui sentent le tilleul

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s