Des nues dégringolée

Tomber des nues : l’expression parait dénuée de chute appropriée.

Plus qu’à la crue nudité, aux nues j’ai toujours associé les nuées.
Ainsi, éclairer l’ingénue qui tombe des nues c’est parfois l’éblouir comme la lumière par une trouée des nuées se glisse.

Je tombe des nues quand tombe un coup du sort à coup sûr angoissant, je tombe de haut et parfois de très haut et puis je me ramasse – en souplesse tant qu’à faire pour la beauté du geste.

Je tombe des nues quand tombe le couperet qui couperait court à mes rogations.

Je tombe des nues quand crèvent les nuages, tombent alors des draches torrentielles et c’est comme si sur moi tombait l’audacieuse eau des cieux détrempant mon humeur et trompant mes attentes.

Je tombe des nues quand l’orage s’éloigne, hauts de tension retombés, et qu’aussitôt survient le soleil absolu.

Je tombe aussi des nues quand tombe à point nommé ce qu’on ne nomme point, et quand ça tombe bien, j’aime le reconnaître et puis m’en étonner.

Les synchronicités, je l’ai dit, je crois, me font tomber des nues : elles m’amusent et m’enchantent et m’ensolémerveillent.

 

3 réflexions sur “Des nues dégringolée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s