Évoluante galanterie

C’est quoi, la galanterie ?
Vestige poussiéreux d’une époque défunte ?
Particularité propre à l’éducation ?

Acceptons la discussion et déclinons le concept.

Mais… on accepte ou on décline ?
Non pardon, je n’ai rien dit, poursuivons.
Sorry.
Oui, j’aimerais poursuivre tranquillement.
Le fil de mes idées.
Alors toi, tu te tais.
Hhhan, mais comment je me parle, moi !!

Oui, voilà comment je nous parle, à nous, là-haut, dans ma tête.
Mais c’est une autre histoire, toute mon histoire en fait.

Mon père fut le premier qui m’y habitua, et de ces habitudes on ne se défait pas.

« L’homme, devant la femme, se doit de s’effacer et toujours avant lui de la laisser passer.
Sauf, attention, en montant l’escalier, pour éviter les coups d’œil que l’on dit déplacés, je préfère pour ma part le terme intéressé.
Idem, à l’entrée d’un restaurant, d’un café, l’homme passe devant pour s’assurer que l’endroit est bien famé.
Ensuite, en lui tenant la porte, il l’invite à s’avancer – féminine et divine ! » précisait-il avec un coup d’œil entendu vers Maman qui levait les yeux au ciel tout en opinant et en esquissant un sourire d’acquiescement.
(Note : vous vous essaierez, si cela vous amuse, à cette triple mimique qui requiert une évidente coordination faciale).

Papa était très amoureux de sa femme dont la beauté et l’allure l’avaient au premier regard séduit – son très vif sens de la repartie, aussi.

Il nous racontait facilement qu’un soir, dans un grand restaurant parisien, à leur entrée les conversations s’étaient arrêtées et Maman, sans ciller, dans un silence absolu, avait traversé la salle précédée du chef de rang qui la conduisait vers leur table.

— Ce port de tête, oh, vous auriez vu ça… une princesse… une déesse…

— Et toi, Papa, tu étais content ?

— (clin d’œil complice) Tu penses ! J’étais fier comme Artaban !

Mais c’est une autre histoire, toute leur histoire en fait.
De nos jours, la galanterie se perd, dit-on.
D’un côté on le regrette, on s’en offense.
De l’autre on la jette aux orties.
Les jeunes femmes revendiquent un pied d’égalité.
Rien n’est jamais acquis et tout peut s’acquérir.
C’est en cours, je crois.
Enfin… j’y crois.

On s’adapte, souvent au cas par cas signalent ces messieurs, si las parfois de ces contradictions.

Progression pour les uns, régression pour les autres.
Contre-indication ? Contre-réaction.
Évolution.

Mais oui, évoluons, avec souplesse dans tous les cas de figure, de style, imposée ou libre !
Se voir tenir la porte, c’est presque inattendu et pourtant très loin d’être incongru.
Car, sur un sourire, oh, à peine esquissé, la fossette creusée, l’œil un rien allumé, le mouvement de tête si peu inclinée semble bien vouloir dire :
« Je vous en prie, c‘est à vous de passer. »

Et moi, à chaque fois, je l’avoue, je jubile !

Le respect exprimé, la politesse exquise, c‘est un tout petit jeu qui pourtant me permet parmi mon entourage de déterminer ceux qui sont, ceux qui restent… eh oui : bien élevés.

Levers z’immédiats de boucliers z’indignés, huées z’exaspérées… mais oui, allons, du calme, je m’y attendais, vous savez.

Et si, plutôt que bien élevé, nous disions attentionné ?

Et si, plutôt qu’à l’éducation, bonne ou mauvaise ou plus souvent absente, nous rapprochions cette attitude d’un état d’esprit ?

Et si ni le genre des personnes concernées ni leur âge n’entrait en considération ?

Alors la galanterie, la courtoisie, le respect, l’éducation, la politesse, les bonnes manières, le savoir-vivre (ensemble), quel que soit le nom qu’on lui donne, cet état d’esprit et de cœur ne serait finalement que l’attention portée à l’autre.

Ce concept – inouï de nouveauté, on l’avouera – mettrait-il tout le monde d’accord ?

« L’attention portée à l’autre, » s’écrie mon tendre aimé que parfois je consulte avant que de poster. « Mais j’apprécie, oh, que oui. Viens donc voir par ici me porter un peu d’attention : premier arrivé, premier servi ! »

En toute logique, et il m’arrive de l’être en certaines circonstances, mon tour est donc venu… de me montrer galante.

[Credit image : Pixabay]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s