Et face à la joie s’efface la tristesse

Tristesse au long cours ? Au long cours de la vie qui court si vite. Cours toujours, tu m’intéresses.

Trop long, trop court, tout est trop, trop est tout et tout et tout…

Mélancolie latente et l’attente au-dessus.
Déçue d’espérer mieux ? Pour la vie, le monde, les autres, les miens ? Et puis pour moi aussi ?
Mieux par rapport à quoi ? Où placer le curseur, puisque course il y a. Course contre le temps qui coule avec l’alarme à l’œil.

Mais je donne le change, généreuse toujours.
Et on me le rend bien.
J’y trouve une forme d’équilibre.

Déterminée à être heureuse, je le suis. Pour deux, même, mais c’est une autre histoire, toute mon histoire en fait.
Je suis mon objectif, je le suis, je le vis et me montre joyeuse.

La joie convainc, la joie qu’on vainc.
Et face à la joie s’efface la tristesse.

 

[Credit image : Pixabay]

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s