Elle était là, sa force. Et sa faiblesse aussi.

Elle portait dans les yeux la force de son cœur et le réseau de fines rides marquant la peau de ses paupières offertes témoignait de sa faiblesse.

Elle ne le cachait pas.

Elle aimait rire et riait d’aimer, beaucoup.

Elle pleurait souvent de déferlantes vagues d’émotions aussi vite parties qu’elles l’avaient envahie, qui en un ins-temps avaient broyé tout son être ou l’avaient exalté, et chacune en la traversant avait laissé ces marques, infimes ou profondément ancrées.

Et puis elle se souciait, oh beaucoup trop sans doute, de ceux qu’en pensée ou en vraie de vraie réalité sur son cœur elle avait serrés, ce cœur immense et ridicule, beaucoup trop généreux, ce coeur tout mou, tout doux, ferme encore, faible et fort à la fois. Des inconnus parfois, qu’elle n’oubliait pas. Et ses proches, ses proches aussi, si présents et déjà si lointains.

Et tous ceux qu’elle aimait, elle les aimait, beaucoup. Beaucoup.

Elle était là, sa force. Et sa faiblesse aussi.

[Credit image : L.C.S.]

2 réflexions sur “Elle était là, sa force. Et sa faiblesse aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s