Ne t’inquiète pas, donne-moi la main

Ne t’inquiète pas, donne-moi la main

Bon courage à tous les petits bouts pour lesquels aujourd’hui c’est la première rentrée des classes. Bon courage aux plus jeunes et aux moins jeunes, et à leurs parents pour qui, quel que soit l’âge des enfants, cette année représentera une nouvelle étape.

Bon courage aux professeurs. Eux aussi méritent qu’on le leur souhaite !

Je n’oublie pas chaque rentrée de mes fils : c’est de l’histoire ancienne, et puis d’autres histoires, toute notre histoire en fait.

Et toujours, toujours je me rappelle cette anecdote qui, pour le jeune intéressé, ne fut sans aucun doute pas si anecdotique.



Ce matin de septembre 2010 m’a vue tout occupée à « sauver », sous les yeux effarés puis attendris des voyageurs, un petit garçon en larmes qui venait de voir les portes de 
la rame de métro dans laquelle il avait bondi se refermer sous le nez de sa maman malencontreusement restée sur le quai.

Silence absolu parmi les voyageurs devant la détresse du petit bonhomme qui piaulait comme un jeune chiot brutalement séparé de sa mè-è-reuh.

J’étais tout à côté de lui.
Je me suis accroupie à sa hauteur et lui ai dit :

— Ne t’inquiète pas, ça va aller. Tu sais ce qu’on va faire ? On va descendre à la prochaine station et attendre ta maman. Je reste avec toi jusqu’à ce que tu la retrouves. Allez, donne-moi la main et ne t’inquiète pas, je reste avec toi.

Il a ravalé ses larmes, et dans un long sanglot il a glissé sa main dans la mienne.
Les voyageurs autour de nous avaient formé comme un cercle : pas un mot, ils nous regardaient comme deux extra-terrestres.
C’est agaçant, l’attention soutenue des gens. Mais pourquoi aussi est-ce toujours moi qui interviens dans ce genre de situation ? Parce que personne ne bouge, alors il en faut bien une. Et pourquoi tous ces regards aussitôt dirigés sur moi ? C’est peut-être cela le plus gênant.

Sur un ton dégagé, j’ai ajouté en rigolant :

— Mais, dis-moi, quelle aventure tout de même ! Pile le jour de la rentrée des classes. Tu vas en avoir des choses à raconter en arrivant !

Il a acquiescé en hochant la tête d’un air contrit.

Comme annoncé, nous sommes descendus tous les deux à la station suivante, main dans la main, les passagers semblant former comme une haie pour nous laisser passer.
Oooooh, cette attention braquée…

Faut-il le préciser, j’ai été tout aussi soulagée que lui de la voir arriver, sa maman.
J’avais évidemment eu le temps de demander ce que j’allais faire si jamais, si jamais, oh la la, si jamais on ne la retrouvait pas.

Pas plus affolée que cela d’ailleurs, la mère indigne, ou plutôt indignée. Pestant sur son fils, tête basse et l’air résigné : « Toi, là, espèce de tête en l’air, toujours à te précipiter, que j’arrête pas d’te l’dire que tu fais attention à rien, mais t’as quoi dans le crâne en fait ? »
Pauvre petit garçon devant tout le monde réprimandé, il n’en menait pas large. J’en étais toute chavirée pour lui.

Empathie, empathie, quand tu nous tiens, tu t’accroches bien, crocs acérés en plein cœur plantés.

Cette histoire de rien du tout, les réactions et les émotions facilement perceptibles des différents protagonistes gardent aujourd’hui pour moi la même intensité que le jour où cela s’est produit.

 

 

[Crédit image : Pixabay]

Une réflexion sur “Ne t’inquiète pas, donne-moi la main

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s