Prendre de la distance

Prendre de la distance

Gestion des émotions. Vaste programme.

Si j’erre à les gérer, je m’attache toutefois à les identifier, attentive à la sensation induite. Émotions, ressentis, sensations, c’est lié serré. Apprendre à dénouer…

Quand c’est de la bonne (je parle d’émotions), j’engrange au creux du cœur et dans les tréfonds-replis de ma cervelle avide pour les alimenter, les développer, les faire vivre en réalité augmentée et les aider à s’enrichir mutuellement.
N’oublions pas le crowfunding et ses bénéfices qui ne sont plus à démontrer

Lorsqu’il s’agit d’émotions remuantes qui s’agitent, cavalcadent, renâclent et ruent pour tout envoyer balader, celles qui me font souffrir, je tente de les zzzaccueillir (le terme m’énerve dans ce contexte précis, mais… zen, soyons zen), oui, de les zzzaccueillir et de laisser glisser.

Je pratique l’ample respiration, j’écris à l’inspiration et, quand j’expire – comme le disait William –, je me rappelle cette chance que j’ai, moi, d’être vivante.

J’en connais une qui ne l’est plus et qui, elle, a connu des émotions terribles qu’il lui fallut gérer, à la dure comme à la dure, à la peine comme à la peine.
Pas sûre qu’elle ait vraiment su les zzzaccueillir.
Mais c’est une autre histoire, toute son histoire en fait.

Quand ça la submergeait, me racontait-elle, elle s’envoyait elle-même en l’air, avec un élan très-très spirituel qui la faisait bien rire – c’était son élan préféré, précisait-elle – et, depuis un angle du plafond ou perchée dans un arbre, elle étudiait, critique, la scène d’un peu plus haut, se demandant si c’était bien joué, le passage convaincant, les acteurs impliqués.
Souvent, me disait-elle, elle estimait que l’on ne verrait pareilles histoires que dans un mauvais film, et ça la faisait rigoler.

Rigoler, c’est ma façon à moi de prendre de la distance, m’affirmait-elle, bravache.
Une façon que je tâche pour ma part – enfin, celle qu’il me reste – de reprendre à mon compte et à mon avantage.

Prendre de la distance, c’est une forme de résilience…

 

[Photo : Laure Chevalier Sommervogel]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s