Alice rapetisse

Alice rapetisse

Des consultations médicales déplaisantes, j’en ai déjà raconté quelques-unes et il m’en reste d’autres encore à narrer, car après-coup il vaut souvent mieux rire que pleurer.

De celle de ce matin je ne dirai donc rien. Point.

Quant à cet examen d’août 2016, il y a quatre ans, que recouvrait-il ? Du dramatique, du grave, du « simplement sérieux » ? Rien de tout cela. Juste du très énervant. N’allez surtout pas vous mettre martel en tête, touuuus les examens médicaux ne sont pas nécessairement affreusement préoccupants, tant s’en faut.

Autant vous le dire tout de suite, je n’étais pas contente du tout. Je fulminais. J’étais fumasse.

Ce matin-là, chez le médecin, j’étais passée sous la toise.

Oui, comme à Sainte Marie en début d’année devant toute la classe – ça se déroulait dans la salle de gym et ça me collait à chaque fois d’intenses frissons dans le dos qui remontaient jusqu’à la nuque et passaient derrière les oreilles.
Je ne détestais pas.

Bref.

Depuis que j’ai atteint l’âge adulte pour autant que j’y sois jamais arrivée, je mesure un mètre soixante-dix et demi.
Et je tiens à mon demi.
À la bonne vôtre.

Non mais sans blague.

C’est moi la moins grande alors que je suis l’aînée des quatre filles, en conséquence ce demi-centimètre m’a toujours aidée à me redresser de toute ma taille – fine, la taille – et à ne pas vraiment me considérer comme un petit pot à tabac.

Bref.

Il faut dire que j’ai eu à me mesurer à 1m82 (eh oui), 1m76 et 1m74.
Il faut dire… donc je le dis.
Et des « ma p’tite », j’en ai entendu. Oui, oui, bien sûr, c’était affectueux. Mais, bon, souvent ça m’énervait.
Un mètre soixante-dix, tu n’es pas une petite femme, non, pas du tout : dans le métro tu as la tête bien au-dessus de la foule compacte. Alors un mètre soixante-dix et demi, tu penses, tu respires.

Bref.

Sous la toise, donc.
Ou somatomètre.

Bref.

Oui, bref.
Bis repetita non placent, je sais, mais je maintiens : bref.
Car il y a un pépin.

Je ne fais plus qu’un mètre soixante-neuf, dites donc !

Le médecin m’assure benoîtement qu’en vieillissant on rapetisse.
Non mais, il me prend pour Alice ou quoi ?
J’ai eu envie de répondre c’est un peu court, jeune homme, mais on ne dit pas ça à son médecin, n’est-ce pas ?

J’étais vraiment dépitée.
Ça s’est… tassé.

~ 27 août 2016 revisité 27 août 2020

toise-en-bois-sur-socle

 

[Crédit photos : Pixabay]

2 réflexions sur “Alice rapetisse

  1. Zut alors , je mesure 1,61 et demi ( le demi est important aussi , c’est ce que j’ai ou j’avais de plus que ma soeur cadette ) enfin c’est ce qui est indiqué sur ma carte d’identité. Je ne suis pas passée sous la toise depuis des lustres .Du coup là, je vais marcher en redressant le dos un maximum tel un dindon qui se pavane dans la cour de la ferme . On ne sait jamais ça peut toujours donner l’illusion. 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s