Le souffle des années oubliées

Le souffle des années oubliées

L’araignée a choisi l’arête du nez pour centrer sa toile-voilette masquant à peine la larme qui roule sur la joue de pierre.
Peut-être n’est-ce qu’une mousse, vestige de la mouche dont se parait la belle ?

Ses lèvres semblent si réelles que l’on voudrait de la main écarter la toile et se hasarder à caresser du pouce le menton si fin.

Et puis, en espérant que peut-être elles frémissent, oser s’enhardir et se risquer à les baiser, ces lèvres un peu pincées, ces lèvres qui semblent si douces.

Se risquer à les baiser pour de cette bouche inspirer le souffle des années oubliées.

(Crédit photo: Inconnu)

 

4 réflexions sur “Le souffle des années oubliées

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s