Quand les arbres sont fous

Quand les arbres sont fous *

Je ne sais si c’était le printemps ou l’été,
Ce jardin si étrange où poussent les oranges
Et murmurent les anges en très douces louanges,
Souvent je l’ai rêvé comme si j’y étais.

C’est un jardin hanté, dit-on, et l’on se tait.
Des regards on échange en curieux losanges.
La vérité dérange et l’on donne le change.
Mais ce lieu secret, je l’avais habité.

Quand les arbres sont fous et qu’il pleut de la boue,
C’est le vent qui s’en fout. Il faut tenir debout,
Ne pas pleurer pour tant, attendre le beau temps.

Des pépiements soudain réveillent le jardin,
Les arbres ressentant en leur coeur patient
Que ce n’était qu’un grain, même pas un chagrin.

~ Laure Chevalier Sommervogel
14 décembre 2020

* Oui, c’est bien un sonnet, tout premier essai…

[Photos : Pinterest]

Une réflexion sur “Quand les arbres sont fous

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s