Mes fesses et désespoirs

Mes fesses et désespoirs

Méfaits sont-ils divers ou d’été ? De juillet, d’août ? J’en doute : j’ai entamé septembre, j’y vois la marque de mes dents. Princesse au poids, douze mois sur douze, méfaits sus et avérés, mes excès pèsent. C’est sur ma conscience qu’ils pèsent car ma balance est tarée : tout bien pesé elle s’en balance.

Que voulez-vous, quand c’est bon je savoure, me pourlèche et me régale. Je me laisse solliciter pour une nouvelle tournée. Oh, j’aime y revenir et que l’on me resserve. De tout – oui, cela vaut pour tout – j’adore regoûter, ressavourer.

Une petite resucée ? Je ne dis pas non. Ainsi se sauve et s’échappe mon seuil de satiété. Ce seuil est à sauter : le seul fait d’y penser, aussitôt je salive, jamais rassasiée.

Voilà, c’est dit, avoué, pardonné peut-être mais pas digéré. Gourmande je suis, je prends très vite et très à coeur, et le sot-l’y-laisse aussi. Empathie automate, mon estomac s’empâte et ma ligne en pâtit, mon séant s’élargit et c’est fort mal-seyant.

Oui mais, oui mais, mincir c’est me priver, me priver c’est m’aigrir. Joue creuse et fossette comblée je ne saurais finir. Ainsi je le confesse et fais serment que l’on m’y reprendra, oh oui, on m’y reprendra.
Est-ce un méfait si grave ?

Je ne veux pour autant jouer à la baleine sur sa banquette au soleil échouée. Le dilemme est cruel, comme l’était le rosé, le photographe aussi. Mais comment se peut-ce et comment se fait-ce ?

Je m’insurge et fais un drame :

— Il en est dont on dit, rotondités comprises, qu’elles sont aussi jolies de fesses que de profil. Et moi donc ? Et moi, émoi ! Plutôt que d’épier leurs fesses et gestes, tu pourrais me prendre, oui, me prendre sous un meilleur angle. En photo aussi, mais oui, mais oui. Tu fais un piètre innocent, fais un effort. Oh je sais, tu fais c’que tu peux !

Et me voilà qui en fais une histoire, toute une histoire en fesses, en faits et contre tout… Mais quel festival de jeux de mots, un festin fessu !

~•~

Crédit photo : Mon namoureux… mais photo censurée. Par moi. Noméo.

En voilà une autre :

[Crédit photo : Pixabay]

4 réflexions sur “Mes fesses et désespoirs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s