Psychopoucettage

Psychopoucettage

Je retombe sur ce texte que j’avais pondu en mars 2017 ; j’étais tellement, mais tellement étonnée de ce qu’il venait de se produire… Je le relis, et l’émotion de la surprise me point et m’étreint à l’identique.

Étranges courts-circuits du cœur et des réflexes.

Le fil de mes pensées défile, le flux afflue, sac et ressac, ça fuse et ça profuse et puis ça tourne en rond en se cognant aux angles, imprenable vue de l’esprit sur d’improbables projections géométriques.

Mais je m’active, je m’active, faut pas croire que je vagalâme.  Je vaque très sérieusement t’à mes ancillaires z’occupations comme le veut l’expression ô combien consacrée.
Tout est bordé, tout est rangé, une place pour chaque chose, chaque chose à sa place, je peux donc me poser.

Et d’ailleurs elle est où, la touche pause-gamberge ?

Or voilà que je m’apprête à envoyer un sms. Je m’empare de mon téléphone. Il est nouveau, plutôt sophistiqué, j’ai encore plein, tout plein de trucs à découvrir, les fonctionnalités on appelle ça, mais chaque chose en son temps.
« Vous allez voir, c’est intuitif, ça va venir très vite », m’a indiqué le vendeur avec un grand sourire, « ne vous inquiétez pas. »
J’avoue, je ne résiste pas quand on me dit cela, c’est fouuuuuu ce que ça me rassure. Parce que l’intuitif des uns n’est pas toujours celui des autres…

Enfin bref – j’adore ce mot.

Appliquée comme toujours, oh oui, toujours très appliquée – c’est tout juste si je ne sors pas un bout de langue, ridicule je suis sûrement, mais qui cela gêne-t-il, je vous le demande un peu – je tape… aïe, non… je saisis… non, pas davantage… oui voilà, je poucette puisque c’est le terme qui s’applique, oui oui, et pour une appliquée c’est idéal, je poucette quelques lettres dans le champ destinataire.

Et alors là…
Gosh, as we used to say, which just means: ça alors !
Car ma surprise est immense.
Intense, à tout le moins.

Dans ce champ je vois pousser un nom.
Papa.

C’est d’autant plus étonnant que ça n’est pas mon téléphone qui l’a fait naître.
Notre père n’avait ni mobile ni tablette ni ordinateur, en conséquence jamais je n’ai inscrit son nom dans un quelconque champ, sinon celui de ma mémoire en friche.

Écriture automatique, phénomène encore mal connu, ou psychopoucettage ?

Contre vents et marée, qu’importe le canal emprunté, les pensées vont à leur gré et parviennent à destination… destinée d’une bouteille à la mer ?

I wish you were here!

NB : Notre Dad’ adorait les Pink Floyd, c’est lui qui nous les a fait découvrir. C’est lui qui a acheté leurs 33-tours que nous écoutions si souvent. Alors forcément, quand je les écoute, c’est à lui que je pense. Oh… Je sens que je vais me les repasser. En boucles. Serrées, oui, les boucles.

Et vous ? Des surprises avec votre téléphone ?

📸 Pixabay

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s