Rêve prémonitoire ? Au secours !

Rêve prémonitoire ? Au secours !

C’est un peu intime, mais comme nous commençons à nous connaître, je peux bien vous le raconter. Un rêve, donc. Un rêve récurrent. Je ne comprends pas pourquoi il revient aussi souvent. C’est le principe du rêve récurrent, me direz-vous, et je ne pourrai qu’abonder dans votre sens.

Je suis, là, telle que vous me voyez, ou m’imaginez plutôt, exactement telle que j’écris en ce moment-même, et je suis chez mon gynéco qui m’examine sous toutes les coutures pour conclure sur un ton des plus formels :
— Eh bien, chère Madame, j’ai le plaisir et l’avantage de vous annoncer que vous êtes enceinte.

Moi, interloquée :
— Voyons, Docteur, vous plaisantez ?

Lui, tout ce qu’il y a de plus sérieux :
— Mais non, chère Madame, je suis tout ce qu’il y a plus sérieux.

Moi, effarée :
— Mais… enfin, voyons, Docteur, c’est… c’est absolument impossible. Vous êtes bien placé pour le savoir, non ? Faut-il que je vous le rappelle, c’est vous qui, qui… couic, quoi ! Il y a des années de cela, certes. Mais tout de même, voyons, enfin, quoi, si vous l’avez oublié, c’est forcément dans mon dossier !

Lui, affirmatif :
— Mais oui, chère Madame, votre dossier est à jour et je me souviens fort bien.

Moi, suffoquée :
— Alors, enfin voyons, tout de même, qu’est-ce que vous me racontez là ? Enfin, Docteur, je ne pppppeux pas être enceinte ! 

Lui, explicatif :
— Ah mais, voilà-voilà. La nature, vous savez, chère Madame, la nature… Il arrive – c’est rare, je le reconnais – mais il arrive que cela repousse.

Moi, abasourdie :
— … que ça repousse ? Mêêêêêêzenfin voyons, Docteur, qu’est-ce que c’est que cette histoire ! C’est ahurissant ! Enfin voyons, tout de même, vous auriez pu me prévenir ! Vous vous rendez compte ? À mon âge ? Mais c’est, c’est… c’est ridicule. Ah oui, c’est même grotesque !

Lui, d’un calme aussi olympien qu’exaspérant :
— …

Moi, anéantie et au bord des larmes :
— Maizenfin Docteur enfinquoivoyons tout de même… Et puis, et puis, qu’est-ce que je vais dire à mon mari, moi ?

~•~

C’est la chute de mon rêve que je trouve la plus drôle : que je m’inquiète de ce que mon namoureux va me dire.

Souvent je le lui raconte, ce rêve, puisqu’il revient très régulièrement (comme celui où je dois repasser mon bac, une horreur, celui-là – mais c’est une autre histoire, toute mon histoire en fait). Je le lui raconte et immanquablement j’ajoute : « Encore ce rêve récurrent… C’est décapant, mais pas prémonitoire, j’espère ! » et tous les deux, nous sommes pliés de rire.
Enfin, surtout moi.
Moi, je me gondole carrément en repensant à ma réaction, dans mon rêve.
Lui est plutôt du style à lever les yeux au ciel en secouant la tête d’un air de dire mais c’est pas possible, c’est pas possible, elle est complètement foldingue, cette femme-là qui est la mienne, et c’est comme ça que je l’aime.

~•~

* À vrai dire, je ne savais pas trop quoi mettre comme illustration pour soutenir ce texte façon « Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant » alors celle-ci m’a paru convenir.

Artiste peintre : Marina Podgaevskaya

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s