Le prix des souvenirs

Les réalités se seraient-elles laissées prendre au piège, le piège jaloux des désirs ?
Que nenni.
La loi qui prime, c’est celle du marché, mais pas celui aux fleurs.
Un jardin si soigné, si bien entretenu, avec tant d’attention, tant d’affection, ça ne compte pas.

Au bout du compte et des décomptes, l’évi-danse des chiffres tombe, tchac, tel le couperet, hachant les espérances, gâchant les prévisions.
On y a cru et la déception par essence est cruelle.

On la chérissait tant, cette belle maison, mais elle ne vaut pas tant.
On s’agite et l’on s’indigne, on se lamente, on argumente.
On se révolte.
On convoque l’un, l’autre, le troisième, on invoque les chers disparus.
On évoque une époque, épique époque, et l’on sanglote.
L’émotion est vive, la tristesse profonde.

Surenchères de larmes et de gémissements ne raviveront pas ce qui est révolu ni ne feront monter les prix.

Soyons pragmatique-tac-toc.
On fait toc-toc avant d’entrer, trois petits tours et un baiser et puis z’on file se coucher.
Mais c’est une autre histoire, toute mon histoire en fait.

Le propre des souvenirs, c’est qu’ils m’appartiennent en propre : je peux les faire fructifier, les diviser, les répartir, les transmettre et les léguer à l’infini.
Je les partage à qui les goûtera.
Eux n’ont pas de prix.

Juillet 2016

13198585_1118353064902538_1626325629941641395_o

LitFerForgérosestonnelle-fleurs-3d08e73door-819266_1920IMG_6433

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s