Compote de rhubarbe des familles

Compote de rhubarbe des familles

Je peux vous dire qu’on s’est tapé la cloche (non, pas moi ! — se taper la cloche, c’est une expression très en usage chez nous, hahaha). Une compote des familles, une vraie de vraie, dans laquelle une petite cuillère à café tient debout. Oui, comme pour une mousse au chocolat.

Préparation (c’est le tour de main de ma grand-mère Aya) :

— Je coupe les pétioles en tronçons de 1 cm, je mets le tout dans un grand saladier en verre ou en faïence ou en porcelaine mais pas dans du métal à cause de l’oxydation ;

— Je couvre de sucre en poudre : à vue de nez, à peu près un tiers du volume de la rhubarbe, je mélange puis je couvre le saladier d’un torchon ou d’un grand couvercle et je laisse de côté pendant la nuit ;

— Le lendemain, surprise, le jus exsudé a fait fondre le sucre et affleure presque à la surface des tronçons de rhubarbe ;

— Je verse le tout dans une casserole ou un fait-tout selon la quantité, je porte à ébullition et je fais cuire en remuant tout le temps avec une cuillère en bois jusqu’à ce que les tronçons de rhubarbe se soient délités, le jus évaporé et que la compote nappe bien la cuillère ;

— Attention aux projections, parce que ça glougloute un max et il faut touiller en permanence sur feu assez vif… Prévoir a minima un tablier, si possible des manches longues – et puis si quand même l’on se brûle, un filet d’eau fraîche et c’est vite passé…

— Je déguste cette compote très dense, régal de mon enfance, encore un peu tiède. Chez mes grands-parents, on l’accompagnait de bonne crème fraîche normande mais je trouve ça un peu trop riche et, à la crème fraîche, je préfère le yaourt à la grecque… qu’on ne vienne pas me parler ici de crème fraîche allégée… mais après tout vous faites comme vous voulez…

Compote de rhubarbe en cours de préparation
Compote de rhubarbe prête à servir

📷 ©LaureChevalierSommervogel