C’est pas moi !

Très instructifs, les signaux qu’envoie le corps.

Quand survient un petit souci…

On notera qu’autrefois – enfin, autrefois, je veux dire il y a encore quelque temps – on utilisait plus généralement le terme problème.
Mais depuis qu’il a été décidé qu’il n’y a pas de problème, uniquement des solutions, on a édulcoré l’expression.

Désormais on dit souci.
Dites voir, là, y’aurait pas comme un p’tit souci ?

Exemple : les gens, au lieu de répondre « volontiers », vont s’exclamer avec l’enthousiasme que requiert la circonstance « y’a pas de souci ! »

Ce mot souci si souvent sussuré sur ce ton sucré assurément m’insupporte.
D’autant qu’il tombe parfois comme un cheveu sur, oui, sur la soupe.

Bref.

Quand survient une anicroche et qu’il faut calmer le jeu, remettre les choses et parfois même les gens à leur place, il y en a toujours un si ce n’est plusieurs pour lever les mains très haut dans une attitude défensive du style :

— C’est pas moi, c’est pas moi, je n’ai rien à voir avec tout ça ! Alors là, tu peux me croire, je n’ai pas trempé dans l’affaire !

Or on voit très-très bien qu’ils ont encore le bout des doigts mouillé.

 

 

[Credit image : Pixabay]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s