Cette limite qu’on ne peut dépasser

Je suis dans le train, comme tous les soirs, mais ce soir les nuages dans le ciel de l’ouest parisien ont des formes extraordinaires, tout aplatis au-dessous, un peu comme ces pommiers à la campagne dans les champs où les vaches broutent tout, feuilles et branches, jusqu’à la limite qu’elles ne peuvent plus dépasser même en tendant le cou bien haut.

Et je pense, et je pense, et mon esprit divague, dit vagues et bien plus encore.
Mais c’est une autre histoire, toute mon histoire en fait.

Et nous alors, elle est où, la limite qu’on ne peut plus dépasser, même en tendant le cou – et le dos bien entendu – aussi haut que possible ?

orchard-418888_1920

 

[Credit images : Pixabay]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s