Cuite à l’eau

Bouillie, et bien essorée, je vous prie.
Oh, avec un nuage de lait si vous voulez..

L’alcool, j’en ai connu une qui affirmait que ça l’aidait à tenir le coup.

Le coup jeté derrière la cravate ou la lavallière, les coups en douce, les coups à force, ceux qu’on reçoit en plein cœur aussi, si vous voyez ce que je veux dire.
Qu’importe d’ailleurs que je veuille le dire ou qu’on me l’interdise, qu’importe que vous voyiez, ou pas, vu qu’elle n’est plus là pour en parler.
Informer, infirmer, confirmer.
Convaincre, pour autant que ce soit possible, qu’elle ne disait pas n’importe quoi.
Et moi non plus. Merde quoi.

Mais c’est une autre histoire, toute notre histoire en fait.
Alors moi, plutôt que de pleurer, tempêter ou crier… j’écris.

[Credit images : Pixabay]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s